compagnie drapés aériens - Fred Deb

Danse aérienne et cirque contemporain

The Woman in the Moon

Spectacle aérien original autour d’une robe cerceau

- Art du cirque -

 

Duo phare de la compagnie pendant plusieurs années, « The Woman in the Moon » a été interprété de nombreuses fois à travers le monde, notamment lors :
– du festival de danse aérienne de Boulder, Colorado USA en 2008,
– du festival de Letterkenny, Irlande en 2012,
– du festival de la Baule, France en 2013,
– du festival de danse contemporaine le Labo, Saint-Nazaire 2012,
– du festival de cirque contemporain Furies programmé au cabaret des ex (étudiants du centre national des arts du cirque) en 2010,
– mais aussi lors des nuits du cirque en Belgique 2012,
– et enfin lors des cérémonies des Jeux Olympiques de Londres en 2012.

Petite forme de cirque contemporain d’une durée approximative de 20 minutes, ce duo a été joué aussi bien dans la rue, sous le portique de la compagnie que sous chapiteau et au théâtre. Il est interprété par Fred Deb’ et Jacques Bertrand, co fondateurs de la compagnie Drapés Aériens.

Les formes dessinées par les mouvements de Fred Deb’ dans sa robe rouge suspendue évoquent le style Bauhaus et offrent d’innombrables images oniriques. Duo atypique qui pourrait sortir tout droit d’un film de David Lynch selon certains spectateurs. La rencontre amoureuse des protagonistes se finira en ballet vertical d’une grande sensualité. «Spectacle novateur et original renouvelant le genre» comme l’écrit Nancy Smith, la directrice du festival de danse aérienne de Boulder dans son livre «Aerial Dance».

L’histoire de la robe cerceau remonte à de longues années. Elle a débuté lors de la sortie de Fred Deb’ du Centre National des Arts du Cirque le CNAC en 1992. Fred Deb’ arrivait sur la piste, vêtue d’une longue robe blanche, dans laquelle était caché un cerceau qui s’élevait ensuite en l’air avec l’artiste, la robe restant allongée sur le sol.  Le personnage de la robe cerceau a ensuite fait l’objet de nombreuses propositions artistiques qui ont permis de développer les recherches autour de cet agrès:
– la robe blanche de « princesse », de fée, pour la compagnie les ARTS SAUTS, de 1993 à 1996,
– la robe feu sur le spectacle « les écorchés » , mis en scène par Pascualito, 1997,
– la robe rouge dans « Circustances », du chorégraphe R. Bunzl, 1998,
– la robe bleue scintillante des étoiles de V. Bellegarde, 2002, 2003 et 2006,
– les robes et leurs couleurs ont donné vie à de multiples facettes des personnages de la femme lunaire.